Faut-il apprendre des gammes ?

Faut-il vraiment pour de vrai travailler et apprendre inlassablement des gammes ?

Passage obligé de l'apprentissage classique de la musique, l'apprentissage de différentes gammes, comme de toute théorie musicale, sera un outil utile à l'ukuléliste tant que cet apprentissage est axé avant tout et essentiellement sur la pratique instrumentale, sur le travail de l'oreille et de la sensation. On peut s'y consacrer un peu comme on peut s'en passer complètement, ceci étant fonction des goûts et préférences de chacun, toutefois on retombera toujours à un moment dans la pratique sur un travail similaire à celui du travail des gammes - dans l'étude d'un morceau par exemple.

Il n'y a aucun intérêt à connaître toutes sortes de gammes dans toutes sortes de tonalité si on les exécute sans aucune intention dans le son. Le travail des gammes, si on désire l'entreprendre, doit mettre l'accent sur la précision d'éxécution de chaque note, un travail du rythme, et il conviendra de l'enrichir d'idées nouvelles - répétitions, variations rythmiques, etc... - afin d'en faire autre chose qu'un vain passe-temps.

Ainsi on pourra à profit travailler la gamme suivante, connu de tous, "do ré mi fa sol la si do". Il faudra très vite oublier les tablatures, les numéros de cases, etc... qui ne serviront que de références, c'est le concept du « cerveau droit » qui doit dominer.

L'exemple ci-dessous présente deux façons de la travailler qui permettront au débutant de travailler - en respectant les doigtés indiqués - dans le premier exemple le déplacement vertical des doigts sur le manche, et l'alternance des doigts à la main gauche, dans le deuxième les écarts des doigts sur chaque corde. Il pourra être profitable également de combiner ce travail de main gauche avec un travail appliqué de la main droite en variant les doigts, en  jouant les notes en triolet, etc... en ne perdant jamais de vue (ou plutôt d'ouïe) la nécessité de suivre un rythme contrôlé et  de faire produire un son propre et net à chaque note (on pourra travailler des notes plus piquées ou plus liées).

Un exercice à travailler et à varier quotidiennement, qui a en outre l'avantage de donner de solide repères à l'oreille et au doigts le long du manche.

L'étudiant pourra varier la tonalité facilement, en décalant chaque note du nombre de cases approprié (1 case pour Do dièse, 2 cases pour Ré, 4 pour Mi, 5 pour Fa etc...)

 

Updated on  October 4th, 2012